clinicalnutrition.science

Trouble de l’état nutritionnel:

Gravité de la maladie (métabolisme du stress)

Âge

Prise en charge de la malnutrition fondée

Dénutrition

Selon les mesures effectuées au moyen du score NRS, 20 à 30 % des patient.e.s hospitalisé.e.s souffrent de dénutrition ou présentent un risque accru de carence énergétique et protéique. 2 Par rapport aux patient.e.s non dénutri.e.s, les patient.e.s (souffrant de dénutrition = supprimer) dénutri.e.s présentent un taux de complications plus élevé, une plus longue durée de séjour hospitalier, une qualité de vie moins bonne et une mortalité accrue.3 La dénutrition est souvent (une) la conséquence d’autres maladies, mais elle peut être traitée spécifiquement. L’algorithme thérapeutique présenté ici est basé sur les directives de l'ESPEN pour les patient.e.s polymorbides en médecine interne et sur l’étude EFFORT.  4-5

Objectifs dans la prise en charge de la dénutrition

Améliorer la détection précoce des patient.e.s présentant un risque de dénutrition et instaurer un traitement individuel pour l’amélioration/le maintien des activités et de la qualité de vie ainsi que pour une réduction marquée des complications et de la mortalité. La prise en charge de la dénutrition est un travail d’équipe et ne peut se faire que dans le cadre (d’une bonne coopération) de la coopération interprofessionnelle entre soins infirmiers, diététicien.ne.s et corps médical.

Calculatrice des Objectifs nutritionnels

Cette calculatrice permet de calculer facilement les objectifs nutritionnels individuels en ligne. Les résultats indiqués reposent sur les formules utilisées dans l’étude EFFORT.

  • Besoins énergétiques (Kcal/j): MB × (FA + FM – 1); MB selon Harris Benedict avec poids ajusté ou calorimétrie indirecte
  • Besoins en protéines: 1,2 à 1,5 g par kg de poids corporel/jour; 0,8 g en cas d’insuffisance rénale sévère sans dialyse (DFG < 30 ml/min/1.73 m2)

L’étude EFFORT démontre les bénéfices cliniques 5

L’étude EFFORT, soutenue par le Fonds national suisse et publiée dans le Lancet d’avril 2019, montre clairement les avantages d’une thérapie nutritionnelle individuelle adaptée :

  • L’équilibre énergétique et protéique s’améliore considérablement, ce qui a un effet positif sur l’évolution de la maladie.
  • Une prise en charge systématique de la dénutrition réduit le risque de complications et de mortalité.
  • La qualité de vie est améliorée ce qui permet une réduction des pertes fonctionnelles.
  • Ces résultats s’appliquent de manière générale aux patients en médecine interne, quel que soit l’organe affecté.

Bibliographie

  1. Kondrup J, et al. Nutritional risk screening (NRS 2002): a new method based on an analysis of controlled clinical trials. Clin Nutr. 2003;22(3):321-36.
  2. Imoberdorf R, et al. Prevalence of undernutrition on admission to Swiss hospitals. Clin Nutr 2010; 29: 38–41.
  3. Felder S, et al. Association of nutritional risk and adverse medical outcomes across different medical inpatient populations. Nutrition 2015; 31: 1385–93.
  4. Gomes F, et al. ESPEN guidelines on nutritional support for polymorbid internal medicine patients. Clin Nutr. 2018;37(1):336-53.
  5. Schuetz P, et al. Individualised nutritional support in medical inpatients at nutritional risk: a randomised clinical trial. Lancet 2019; 393(10188), 2312-2321

Liste des abréviations

AJR Apport journalier recommandé
CN Conseils nutritionnels/thérapie nutritionnelle
DFG Débit de filtration glomérulaire
EFFORT Effect of Early Nutritional Therapy on Frailty, Functional Outcomes and Recovery of Undernourished Medical Inpatients Trial
FA Facteur d’activité
FM Facteur de la maladie
MB Métabolisme de base
NRS Nutritional Risk Screening